Vous avez sans doute déjà entendu parler du terme de lymphangite chez le cheval ou peut être que vous êtes plus familiers avec la notion d’engorgement. Dans cet article, nous vous proposons de faire le point sur ces deux notions et nous aborderons la prise en charge de la lymphangite chez le cheval.

Qu’est-ce qu’une lymphangite ?

Pour comprendre ce qu’est une lymphangite, il faut faire le point sur le système qu’elle affecte dans le corps du cheval : le système lymphatique.

Focus sur le système lymphatique
Le système lymphatique regroupe à la fois le réseau lymphatique et les organes lymphatiques. Ses fonctions sont nombreuses mais il en possède deux principales :

  • La circulation des cellules immunitaires dans tout le corps et donc l'activation de la réponse immunitaire en cas d’infection
  • La circulation des hormones et des nutriments et le drainage des excès de liquide au niveau des tissus.

Lorsqu’on parle du réseau lymphatique, il s’agit à la fois des vaisseaux lymphatiques qui se trouvent dans le corps et dans lequel circule la lymphe mais également des ganglions lymphatiques, répartis dans le corps qui permettent de nettoyer la lymphe. A la différence de la circulation sanguine, il n’y a pas de pompe pour faire circuler la lymphe. Ce sont les mouvements du cheval et la contraction des muscles et des fibres des vaisseaux lymphatiques qui mettent la lymphe en circulation.
Il existe également des organes lymphatiques comme la moelle osseuse, le thymus ou encore la rate qui vont avoir comme rôle le développement et la différenciation des globules blancs.

Le lien entre système lymphatique et lymphangite
Afin que la lymphe circule correctement, il est important que le cheval puisse avoir une activité quotidienne. Dans le cas où la circulation ne se fait pas correctement, la lymphe peut s’accumuler dans certains endroits et conduire à un œdème. Cela explique pourquoi des chevaux qui restent statiques trop longtemps peuvent se retrouver avec « des poteaux » qui correspondent à l’accumulation de cette lymphe ou engorgement.
Dans le cas d’une lymphangite, c’est le système lymphatique qui va se retrouver inflammé généralement au niveau des tissus sous-cutanés d’un ou plusieurs membres du cheval.
La lymphangite est une pathologie qui peut toucher n’importe quel cheval, quel que soit son âge, sa race ou son mode de vie.
Comme la lymphangite est liée à une inflammation, elle peut avoir des conséquences importantes sur la santé du cheval, elle va devoir être diagnostiquée le plus rapidement possible pour éviter des séquelles sur le long terme.

Les causes de la lymphangite chez le cheval

Dans la plupart des cas la lymphangite est liée à une infection. Un pathogène (souvent une bactérie) va réussir à franchir l’une des barrières physiques de l’organisme et se retrouver au niveau des tissus-sous cutanés. Le point d’entrée peut être :

  • Une plaie, il arrive que celle si soit suffisamment petite pour ne pas être visible d’un simple coup d’œil (piqûre…). Par exemple, la gale de boue peut se transformer en lymphangite si elle n’est pas prise en charge.
  • Chez les chevaux avec des pieds en mauvais état, la lacune peut être très profonde et elle permet alors l’entrée des pathogène dans l’organisme

L’infection causée par le pathogène va alors causer une inflammation qui va entrainer un œdème (gonflement) très important au niveau du membre. Plus l’infection va durer, plus l’œdème va remonter.
Le gonflement lié à l’inflammation est très douloureux pour le cheval car il entraine une grande zone de tension au niveau de la peau et donc une forte surpression sur cette dernière.

Les symptômes de la lymphangite chez le cheval

Les symptômes de la lymphangite sont assez typiques et reconnaissables.

Parmi les plus classiques, on retrouve un engorgement très marqué apparaissant généralement de façon assez rapide et qui touche le plus souvent les postérieurs de façon unilatéral. Le gonflement peut être vraiment important, la zone peut être 2 à 3 fois plus large. Il est également possible que l’œdème remonte très haut sur le membre au-dessus du jarret voire du grasset pour atteindre la mamelle.
En lien direct avec ce gonflement, le cheval peut boiter de façon plus ou moins importante en fonction de la gravité de l’engorgement et bien sur de la sensibilité du cheval. Au niveau plus local, votre cheval est généralement sensible à la palpation au niveau de la zone gonflée.
Enfin, lorsque l’engorgement est prononcé, le cheval peut avoir de la fièvre.
En fonction de la rapidité de prise en charge, d’autres symptômes peuvent apparaître comme une perte d’appétit, un abattement, de la transpiration, des tremblements, une augmentation de la fréquence respiratoire, provoqués par la douleur et/ou l’augmentation de la température. 

Le diagnostic de la lymphangite chez le cheval

Les symptômes étant assez facile à reconnaître, le diagnostic est relativement simple.

Même si le diagnostic paraît simple, la venue du vétérinaire est essentielle pour confirmer le diagnostic. Il peut également envisager de faire un prélèvement au niveau de la plaie, si elle est identifiable, afin d’essayer d’identifier le pathogène responsable de l’infection.
Cependant, dans de nombreux cas le prélèvement n’est pas interprétable car il existe une flore de microorganisme importante au niveau de la peau du cheval qui peut fausser les résultats. Le prélèvement peut également revenir négatif soit parce que le système immunitaire du cheval l’a déjà détruit où parce qu’il s’agit d’un pathogène difficile à tester.
Dans tous les cas, le vétérinaire vous proposera un traitement car même si l’infection n’est pas déterminée, l’inflammation peut persister causant des dommages.

Le traitement de la lymphangite chez le cheval

Dans le cas de la lymphangite, plus la prise en charge sera rapide, plus le traitement sera efficace. Généralement, votre vétérinaire associera différents types de traitements en fonction de son diagnostic :

  • Des antibiotiques qui vont permettre de combattre l’infection. Votre vétérinaire décidera de leur utilisation et pourra adapter le type d'antibiotique en fonction de son diagnostic.
  • Des anti-inflammatoires et/ou des anti-œdémateux qui auront pour but d’éviter que l’œdème ne continue de progresser mais également qu’il se résorbe. Traiter l’inflammation permettra également de limiter la douleur
  • Des soins locaux : Ce troisième volet du traitement est essentiel pour que le traitement soit concluant. Généralement la première étape va être de tondre le membre concerné, surtout en hiver si la couche de poil est assez importante. Ensuite, la douche et l’utilisation de savon antiseptique seront préconisés par le vétérinaire ainsi que de bien sécher le membre après la douche pour limiter la prolifération des pathogènes

En parallèle du traitement de la lymphangite et si la taille de l’œdème permet au cheval d’appuyer correctement sur son membre, il est généralement recommandé de garder une activité très légère (sortie au pas) pour faciliter le drainage de l’œdème. Dans le cas extrême où un cheval vivant à l'extérieur est incapable de se déplacer à cause de la douleur, il sera préférable de le rentré au box ou de le mettre dans petit paddock pour qu'il puisse boire et manger sans se déplacer.  
Si le traitement de la lymphangite est souvent efficace, il est possible d’avoir une guérison difficile pouvant conduire à des séquelles sur le long terme ou des rechutes. Les principales causes de ces échecs sont :

  • Résistance du pathogène impliqué. C’est pour cela que le vétérinaire réalise quand c’est possible un prélèvement. L’identification du pathogène permet d’affiner le traitement.
  • Déformation du membre. Dans le cas où la lymphangite n’a pas été prise à temps et que l’inflammation est restée trop longtemps, les tissus sous-cutanés resterons déformés et plus épais entrainant un aspect légèrement différent de la peau

En plus du traitement, l’utilisation de compléments alimentaires facilitant le drainage et l’élimination peut être intéressant. C’est le cas par exemple d’Ekyrenal + qui aidera au soutien du foie et à l’élimination des urines.

Vous l’aurez compris, si elle est prise à temps, la lymphangite chez le cheval est une maladie généralement bénigne. Dans tous les cas, si vous soupçonner votre cheval d’avoir des symptômes d’une lymphangite, prenez contact le plus rapidement possible avec votre vétérinaire.

Rejoignez l'équipe
Audevard

Vous souhaitez travailler chez AUDEVARD ? Trouvez chez nous un environnement dynamique, une équipe à taille humaine, des projets innovants, le tout dans une atmosphère conviviale !

Voir toutes nos offres

Contrôle de
contaminants dopants

Audevard

⚡ Votre navigateur est obslète ! ⚡

Mettez-le à jour pour voir ce site correctement.

Mettre à jour