Avec le froid, les voies respiratoires de votre cheval sont fragilisées.

L’espèce équine est particulièrement sensible aux troubles respiratoires qui représentent le deuxième motif de consultation chez le vétérinaire juste après les boiteries. Il ne faut donc pas négliger l’arbre respiratoire de votre cheval en cette saison ! Dans cet article nous vous proposons de faire le point sur les signes à repérer et les moyens de prévention à mettre en place pour aider votre cheval à passer un hiver en pleine santé au niveau respiratoire.

Les signes qui peuvent vous alerter

Si votre cheval développe une affection respiratoire, il peut présenter un certain nombre de symptômes : toux, jetage, fièvre, abattement, baisse des performances, respiration bruyante au repos ou à l’effort, enflure au niveau de la gorge…

Une atteinte des voies respiratoires peut se manifester par une simple toux au début de travail ou un essoufflement plus rapide à l’effort. Il ne faut donc pas négliger ces signes qui peuvent être discrets. On entend souvent parler du « coup de froid » chez un cheval qui tousse, il ne faut jamais négliger l’apparition de ces symptômes chez un votre cheval car ce n’est jamais anodin.

Les causes d’affections respiratoires sont potentiellement nombreuses. La cause plus fréquente se déclenche à la suite d’une exposition à des allergènes présents dans l’environnement ou l’alimentation, il s’agit de l’emphysème. L’asthme équin ou emphysème n’est pas uniquement une maladie de printemps ou été, il peut aussi se déclencher en hiver quand les chevaux sont plus souvent le nez dans le foin ou au box et donc avec un environnement plus poussiéreux.
Dans les maladies respiratoires, on peut aussi retrouver certains virus, comme la grippe ou bien la rhinopneumonie.

Lors de la présence d’un de ces signes, la meilleure solution est d’appeler votre vétérinaire pour qu’il puisse établir un diagnostic. Il vous indiquera le traitement adapté selon le type d’affection. Le traitement pourra être administré, selon les molécules, par nébulisation, par injection ou par voie orale

Quelles mesures pouvez-vous mettre en place pour aider votre cheval à mieux respirer ?

Bien gérer son environnement

Quelle que soit l’origine et d’autant plus si les allergènes sont responsables de l’apparition de troubles respiratoires chez votre cheval, une bonne gestion de l’environnement est indispensable !

L’hiver ne permet pas toujours de pouvoir mettre votre cheval au pré. Les animaux sont souvent au box et plus facilement en contact avec de la poussière dans des espaces confinés. L’aération régulière sans être excessive des bâtiments permet de limiter l’accumulation de poussière et de renouveler l’air.

Un fourrage de qualité et non poussiéreux permet de limiter les risques respiratoires et bien sur une alimentation saine. Vous pouvez mouiller le foin avant de le distribuer afin de fixer la poussière et ainsi limiter son inhalation par votre cheval. Concernant la poussière, pour un cheval à risque on préfèrera une litière dépoussiérée comme certains copaux qu’une litière à base de paille riche en poussière. Evitez de balayer l'écurie quand le cheval est à l'intérieur pour ne pas mettre de la poussière dans son box ou dans l’air.

S’il est au pré, veillez à ce que votre cheval ne reste pas mouillé par la pluie ou la transpiration après l’effort sous une couverture. Dans l’idéal un abri accessible lui permettra de se protéger du froid et de l’humidité. En cette saison, le pelage des chevaux est plus long et plus dense, il permet de protéger des intempéries mais il met plus de temps à sécher avec la baisse des températures. Essayez de le sécher au maximum après le travail en particulier si vous remettez une couverture.

Une bonne alimentation, une aide précieuse !

En parallèle, faites attention à son alimentation. Une ration alimentaire de bonne qualité non poussiéreuse, dépourvue de moisissures, en quantité suffisante est un réel soutien pour l’organisme en hiver. Proposez-lui donc du foin à volonté. Il est important de lui apporter les nutriments nécessaires à l’augmentation de ses besoins physique et respiratoire pour affronter l’hiver.

Vous pouvez également soutenir votre cheval grâce à des compléments alimentaires. Certaines huiles essentielles (Niaouli, Romarin, Eucalyptus, Pin sylvestre) aident au confort respiratoire des chevaux par temps froid. Le Balsamic Air ainsi que le Balsamic Control contiennent certaines de ces huiles essentielles pour aider vote cheval tout au long de cette période difficile pour les voies respiratoires.

Rejoignez l'équipe
Audevard

Vous souhaitez travailler chez AUDEVARD ? Trouvez chez nous un environnement dynamique, une équipe à taille humaine, des projets innovants, le tout dans une atmosphère conviviale !

Voir toutes nos offres

Contrôle de
contaminants dopants

Audevard

⚡ Votre navigateur est obslète ! ⚡

Mettez-le à jour pour voir ce site correctement.

Mettre à jour