La maladie

Stressé ? du mal à prendre du muscle ou de l’état ? appétit difficile ? baisse de performance ? Votre cheval présente l’un des signes suivants, il peut souffrir d’ulcères gastriques.

Est-ce grave ?

Oui et non, les ulcères gastriques sont rarement à l’origine de la mise en jeu du pronostic vital du cheval, cependant ils sont à l’origine d’une diminution des performances et de douleurs chroniques pour votre cheval. En fait votre cheval a mal au ventre régulièrement.

Comment être certain qu’il s’agit bien d’ulcères gastriques ?

Les signes des ulcères gastriques ne sont pas toujours évidents à voir. Une simple baisse de performance de votre cheval peut s’expliquer par beaucoup d’éléments : douleur au dos, mal aux pieds, moins d’énergie… la liste est longue… Certains éléments peuvent vous mettre sur la piste, comme un cheval qui ne finit pas sa ration ou qui s’arrête de manger en plein milieu d’un repas. Des signes de colique juste après avoir mangé et une incapacité à grossir malgré une ration adaptée sont des éléments qui laissent suspecter des ulcères gastriques. Pour en avoir le cœur net la meilleure solution est de passer par votre vétérinaire qui examinera votre cheval et qui pourra réaliser un examen spécifique : la gastroscopie.

La gastroscopie ? kesako ?

Il s’agit d’introduire une caméra par le naseau de votre cheval pour ensuite aller jusqu’à l’estomac. Cet examen, doit être réalisé par un vétérinaire et permet de visualiser directement les ulcères dans l’estomac. Ils sont visibles sous la forme de plaies au niveau de la paroi de ce dernier. Cet examen est peu douloureux pour le cheval. La partie la plus désagréable est l’introduction du petit tube qui contient la caméra au niveau du naseau. Une fois cette partie, qui chatouille le nez de votre cheval, passée, l’examen se déroule sans réaction de la part de votre compagnon. Pour réaliser cet examen il est nécessaire de tranquilliser le patient pour qu’il soit le plus calme possible et éviter que la caméra soit secouée dans tous les sens. Il ne s’agit pas d’une anesthésie générale mais uniquement d’un calmant. Votre cheval somnole debout.

Mon cheval a des ulcères, que faire ?

Pas d’inquiétude, il existe des solutions. Le traitement se fait sur 2 volets.

Le premier volet est l’utilisation de médicaments.

Le but est de faire diminuer l’acidité dans l’estomac de votre cheval. Avec cette diminution de l’acidité, la paroi de l’estomac sera moins agressée et la cicatrisation des ulcères pourra s’opérer. Chez le cheval la molécule utilisée s’appelle l’oméprazole et est distribué au cheval sous forme d’une seringue, contenant une pâte et dont le contenu est à mettre dans la bouche. Un peu comme un vermifuge. En plus de ce traitement initial on peut ajouter un deuxième traitement qui est un pansement gastrique. Il peut être soit sous forme d’un gel liquide à faire avaler, le sucralfate, soit sous forme d’un complément alimentaire (contenant le complexe pectine-lécithine) qui, au contact de l’estomac, formera un gel qui viendra recouvrir les ulcères le temps de la cicatrisation.

Le deuxième volet est le traitement environnemental, il est aussi essentiel que le traitement médicamenteux.

L’alimentation de votre cheval devra potentiellement être modifiée pour limiter les aliments qui acidifient l’estomac. Le principal responsable se trouve dans les aliments concentrés il s’agit de l’amidon. Le foin est, à l’inverse, un très bon aliment pour les chevaux avec des ulcères car il favorise la production de salive qui, lorsqu’elle arrive dans l’estomac, permet de diminuer l’acidité. Dans les autres éléments alimentaires, il est important que votre cheval ait toujours accès à l’eau, même s’il ne reste que 2 heures au paddock par exemple. Les chevaux qui vont au paddock sans eau ont plus de chances d’avoir des ulcères que ceux avec un accès à l’eau. Dans les autres éléments de l’environnement à considérer, il s’agit de limiter le stress au maximum. Eviter que votre cheval soit complètement isolé de ses congénères. Pas obligé de le mettre dans le même box que son voisin d’écurie mais il est important qu’il puisse avoir, a minima, un contact visuel avec d’autres chevaux.

Mon cheval a été traité pour les ulcères ? et maintenant ? il y a-t-il un risque que cela revienne ?

Malheureusement la réponse est oui. Surtout s’il garde les mêmes conditions de vie.

 Pour éviter cette rechute il est important de respecter certaines règles alimentaires. Il faut s’assurer que la quantité d’amidon distribuée par jour ne soit pas trop importante et à l’inverse s’assurer que la quantité de foin et l’accès à l’herbe soient suffisants. Il faut éviter les périodes de jeun. L’accès à l’eau doit être permanent. Il faut limiter les périodes de stress. Eviter un box où votre cheval ne peut pas voir ses congénères. Le sortir régulièrement pour éviter l’ennui. Pour éviter l’acidification de l’estomac et protéger la paroi de ce dernier, on peut aussi complémenter l’alimentation avec des produits spécifiques. Parmi les produits disponibles, Ekygard des laboratoires Audevard, contient les éléments permettant de protéger la muqueuse de l’estomac ainsi que diminuer l’acidité de ce dernier. Il contient les 3 ingrédients recommandés par le groupement européen des spécialistes de médecine interne équine.

Source : European College of Equine Internal Medicine Consensus Statement – Equin Gastric Ulcer Syndrome in Adulte Horses. B.W Sykes and al. 2015

Rejoignez l'équipe
Audevard

Vous souhaitez travailler chez AUDEVARD ? Trouvez chez nous un environnement dynamique, une équipe à taille humaine, des projets innovants, le tout dans une atmosphère conviviale !

Voir toutes nos offres

Contrôle de
contaminants dopants

Audevard

⚡ Votre navigateur est obslète ! ⚡

Mettez-le à jour pour voir ce site correctement.

Mettre à jour