Vous trouverez ici de nombreuses informations pour vous aider à mieux comprendre les soins prodigués par votre vétérinaire ainsi que des conseils pour participer au bien-être général de votre cheval.

 

 

N'hésitez pas à vous référer au lexique pour comprendre parfaitement le vocabulaire employé dans le milieu vétérinaire.

imprimer
PSEND_ALT

 

 
Les causes de diarrhée chez le cheval sont très nombreuses. Les diarrhées aiguës sont souvent provoquées par le développement de bactéries particulièrement agressives dans le tube digestif. La contamination se fait habituellement par voie orale, par exemple suite à l’absorption d’eau contaminée par des excréments (crottins, bouses de vaches...). L’arrivée de certains parasites dans l’intestin, comme les petits strongles, peut également déclencher une diarrhée aiguë, de même que d’autres facteurs de modifications de la flore intestinale (stress, maladie, transport, traitement annexe) .                          

 

Le tube digestif du cheval est un organe creux, tubulaire, peuplé d’une population microbienne multiple et variée en ce qui concerne les nombreuses familles de bactéries : la « flore intestinale ». Ces différentes familles participent à la digestion des aliments. Elles vivent normalement en harmonie et en équilibre, en bloquant la multiplication des bactéries les plus dangereuses. Cependant, ces dernières peuvent réussir à se développer lorsque l’équilibre est rompu (changement de régime alimentaire, traitement médical, épisode de stress, parasitisme...). Dans les cas les plus sérieux, elles libèrent des toxines qui passent dans la circulation sanguine et provoquent une intoxication grave du cheval (« endotoxémie »), qui peut être mortelle.

 

Bactéries agressives, virus et parasites ont en commun d’être très irritants pour l’intestin. La paroi du tube digestif est alors fragilisée et devient perméable, rendant possible la fuite de l’eau qui hydrate l’intérieur du corps. Sortant en grande quantité, cette eau vient diluer les crottins : c’est la diarrhée.

 

 

 

Les signes d’une diarrhée aiguë n’ont rien de particulier chez au cheval : les selles sont molles (de consistance pâteuses à très liquides), et la zone postérieure de l’animal est souvent souillée (anus, queue et fesses). Si la diarrhée est très importante, la perte d’eau entraîne une déshydratation visible par le manque d’élasticité des plis de la peau, l’enfoncement des salières, la sclérose de la bouche.

 

La diarrhée aiguë s’accompagne fréquemment de douleurs abdominales, modérées ou plus sérieuses (spasmes entraînant des coliques).

 

 

 

 
Le vétérinaire se renseignera d’abord sur l’aspect et la quantité des selles évacuées. Il pratiquera ensuite un examen général, afin d’évaluer l’état du cheval. Il cherchera plus particulièrement à évaluer l’importance de la déshydratation, et à détecter les éventuels signes d’endotoxémie (gencives rougeâtres, signes de fourbure...). Selon le degré de gravité du cas, il pourra compléter sa visite par une prise de sang qui lui donnera des informations essentielles pour la mise en place du traitement.                                                        

 

Dans les cas de diarrhée aiguë, il peut être intéressant d’analyser les crottins pour essayer d’en identifier la cause. :

  • l’examen au microscope permet de voir les œufs des parasites, s’il y en a.
  • la mise en culture de prélèvements réalisés à partir des selles permet de révéler la présence de bactéries dangereuses (comme les salmonelles, par exemple)

Cependant, si des résultats positifs renseignent bien sur l’origine du problème, des résultats négatifs n’excluent pas les causes pourtant recherchées.

 

 

 

Pour traiter un cheval en diarrhée aiguë, le vétérinaire s’intéressera avant tout à rétablir les équilibres vitaux du cheval :

  • réhydratation par perfusion, afin de compenser les fortes pertes d’eau et d’électrolytes
  • médicaments indiqués pour le traitement et la prévention de l’endotoxémie, si nécessaire
  • administration de médicaments analgésiques (antispasmodiques, anti-inflammatoires appropriés, sédatifs ou dérivés de la morphine) pour soulager la douleur abdominale

Enfin, il cherchera à traiter la cause de façon appropriée (vermifuges ou autre médicaments adaptés au cas).

Si le cheval a gardé de l’appétit, il est préférable de le laisser manger et de lui donner des aliments très digestes, tels que du foin de très bonne qualité.

 

Il existe sur le marché des aliments complémentaires destinés à favoriser l’équilibre harmonieux de la flore intestinale. Les laboratoires Audevard proposent une association unique de probiotiques (ou levures vivantes) et pré biotiques, BIO YEA SACC conçu pour stabiliser la flore intestinale du cheval et l’aider à mieux assimiler les minéraux contenus dans la ration. N’hésitez pas à demander conseil à votre vétérinaire.

 

Empêcher les chevaux de boire une eau contaminée est un excellent moyen de limiter les risques de diarrhée. Pour cela, on ne peut que recommander de :

  • nettoyer les abords des points d’eau dans les pâtures et de les débarrasser des éventuels excréments (crottins, bouses de vache...)
  • s’assurer que les abreuvoirs sont fixés suffisamment haut dans les box pour que les chevaux ne puissent pas y mettre du crottin.

Il est également conseillé de vermifuger régulièrement contre les petits strongles.

                         

 

 

 


Contrôles des contaminants dopants

 Consulter les rapports d'analyse

Lot n°:


Mode d'emploi

Zoom sur un
thème



La « pousse », souvent appelée RAO ou « emphysème » chez le cheval, est aujourd’hui considérée comme une forme d’asthme du cheval.

Actualité



Gwendolen Fer rejoint la TEAM Audevard !

Zoom sur un
produit



Du nouveau dans notre gamme comportement Confidence EQ

X

Espace professionnel

Ayants droit de la santé équine,
accédez à des informations scientifiques,
des liens utiles et des outils spécialement conçus pour vous.

Identifiant :

Mot de passe :

S'inscrire Mot de passe perdu ?

Espace sécurisé

Renseignez ici les informations nécessaires à la bonne gestion de votre compte suite au changement des conditions d’achat